Voici le forum de la team Scan-en-èfe-aire. Venez discuter de ce qui vous plaît. On vous accueille à bras ouverts.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
ATTENTION, ATTENTION ! la team Scan-en-èfe-aire est en sous-effectif ! Probabilité de retard non-négligeable ! Toute personne souhaitant aider la team est la bienvenue ! Plus nous serons nombreux, plus les risques de retard seront faibles et plus nos sorties seront fréquentes ! N'ATTENDEZ PAS, VENEZ VOUS INSCRIRE ET POSER VOTRE CANDIDATURE !

Partagez | 
 

 L'avènement de Riku Sayanaki : Chapitre 3 : Je ne suis pas humain !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Volcanods
Grand Chefounet
Grand Chefounet
avatar

Messages : 830
Date d'inscription : 06/08/2012
Age : 26

MessageSujet: L'avènement de Riku Sayanaki : Chapitre 3 : Je ne suis pas humain !   Sam 25 Oct - 9:22

Bon, l'idée du RPG ne fait pas l'unanimité. Et je dois dire que le contraire m'aurait étonné. Faut dire que c'est du boulot de tout faire, et je ne parle là que du système de niveau et de compétence.

Alors, en attendant, je crois que... un nouveau chapitre s'impose... NON !? Eh si !!

Pour des raisons de longueur, j'ai expressément coupé la fin du chapitre. Mais vous en faites pas : le morceau enlevé sera ajouté au prochain, ça fera des chapitres plus... égaux...

Mon avis sur ce chapitre ? Ben... je crois que je suis pas très doué pour expliquer les combats de ce genre. Enfin, vous me direz ce que vous en pensez...

Alors, sans plus attendre... voici le chapitre 3 de l'Avènement de Riku Sayanaki


















La plaine, éclairé par les rayons du soleil couchant, offre une vue dégagée sur les alentours, dont l'arène en forme de dôme, ainsi que la forêt à proximité. Plusieurs habitants de Clémenti-ville, sortent de leur maison, intrigués par la montée d'une fumée noire, tâchant le ciel orangée du soleil couchant. Le cratère encore fumeuse de l'explosion est alors éclairci, et la fumée repoussée, par le tournoiement rapide des hélices d'un hélicoptère noir atterrissant derrière le trou récent. La porte coulissante de cet appareil permet la sortie d'une quinzaine de personne. Le son de leurs pas rapides est camouflé par le vrombissement de l'hélice ralentissant de l'hélicoptère. Ces hommes se plaçant en ligne en face de nos deux amies, Riku et Aritsune, braquent leurs mitraillettes dans leur direction. Leurs uniformes grisés sont surplombées par des gilets pare-balles, tandis que la visière de verre sur leurs casques empêche quiconque de voir leurs visages.


"Ces uniformes ... cette lettre ... vous êtes de la Team Rocket ?" dit Aritsune, voyant la lettre "R" en rouge sur leurs épaulettes, ainsi que sur la queue de l'hélicoptère.


L'un des hommes sortis de l'hélicoptère s'avance de la ligne, reconnaissable entre les autres par un galon sur ses épaules.


"Je suis sergent dans l'organisation Team Rocket, mais même si je le voulais, je ne suis pas autorisé à vous en dire plus." répond l'homme sorti des rangs.


"Et qu'est-ce que vous voulez ?" demande Aritsune, l'air acculé.


"Vous n'avez pas besoin de le savoir" s'exclame le sergent. "De toute façon, nos ordres sont claires : notre mission doit être accomplie, peu importe les dommages collatéraux. Alors ... soldats !"


À l'appel de leur supérieur, les soldats tiennent plus fermement leur arme, visant Aritsune, le visage déformé par la terreur de mourir, et Riku, restant muet et impassible devant les armes chargées. Un peu paniqué par le regard dur du jeune garçon, le sergent ne perd pas de temps à lever son bras droit.


"Fe..." crie le sergent, baissant son bras pour le signal, mais interrompu par le cri de l'un de ses hommes. Le soldat au centre de la ligne est soudainement poussé en arrière et tombe au sol sur le dos.


"Qu'est-ce que ..." s'interroge le sergent, interrompu par le cri d'un autre soldat.


Les hommes sortis de l'hélicoptère tombent les uns après les autres. Le sergent distingue alors un rocher faisant tomber à terre l'un de ses hommes.


"Mais ... c'est quoi, ce merdier ?" s'exclame le sergent, braquant sa mitraillette sur le rocher volant, avant d'ouvrir le feu. Pensant arrêter la pierre avec les tirs de sa mitraillette, le sergent tombe alors en avant, frappé dans le dos par un second rocher. Un total de six cailloux, tous de formes aussi irrégulières que naturel, s'éloigne de la garnison de soldats, se dirigent ensuite vers Riku et Aritsune, foncent derrière eux, avant de commencer à prendre de l'altitude.


"Qu'est-ce que ça veut dire ?" se demande Aritsune, abaissant ses bras qu'il avait mis devant sa tête.


"T'as pris ton temps pour intervenir ..." dit Riku, d'un regard toujours aussi peu expressif.


Les soldats, se relevant tous les uns après les autres, voit alors les rochers de tout à l'heure virevolter et tournoyer autour de ce qui semble être une statue de pierre installé sur le toit de l'arène. Mais celle-ci déploie alors ses ailes sans plume et commence à s'élever, éblouissant les soldats par le coucher de soleil rougeoyant.


"... Ptéra !" termine Riku, levant sa tête vers le ciel.


Le Ptéra commence à piquer en direction du détachement de soldats, suivi de près par ses 6 rochers.


"Qu'est-ce que vous fichez ? Feu, feu à volonté" ordonne le sergent, braquant son arme vers le Pokémon volant.
 
Les mitraillettes firent alors résonner leur cliquetis facilement reconnaissable, signalant leur mise en marche, parcourt la distance leur séparant de leur cible à toute vitesse. Mais avant qu’elles ne parviennent à destination, le dinosaure volant changea subitement de trajectoire, esquivant les balles ennemies. Les salves de tir s’enchaînèrent les unes après les autres, manquant chaque fois de peu leur cible mouvante. De leur côté, les soldats au sol se font assaillir par des rochers venant s’écraser sur eux, tels des météorites, puis reprennent de l’altitude en sortant des cratères qu’ils ont créés. L’agacement des soldats put se lire sur leurs visages, à la vue de ces grosses pierres virevoltant dans les cieux comme si elles cherchaient à les narguer.
 
"Prends ça, saloperie" hurle l’un des soldats, l’un de ses genoux posés au sol, un lance-roquette dans les mains.
 
Laissant s’échapper de la fumée par l’arrière de l’arme, son embouchure laissa un missile se diriger rapidement vers leur assaillant. Les rochers, jusqu’alors fonçant sur l’ennemi, firent volte-face, rejoignirent leur maître. Ceux-ci se collèrent alors les uns sur les autres, l’ensemble prenant alors l’apparence d’une fleur, commença à tournoyer quelques secondes avant l’impact. L’explosion provoquée par ce missile, bien que destructrice, n’atteignit pas la cible voulue, à cause de la fleur de roche tournoyante. Voyant cet échec, le soldat grommelle et vise à nouveau le prédateur volant. Mais, sans qu’il ne le remarque, les débris de la fleur de roche commencent à leur tour à se mouvoir, faisant alors encore plus de rochers mouvants. L’un des débris des rochers plonge alors dans le lance-roquette, pour finalement faire exploser l’arme de l’intérieur. Les hommes tombent les uns après les autres, tentant désespérément d’atteindre l’ennemi, exaspérant le chef de l’escadron.
 
 "Notre mission passe avant tout !! Laissez tomber ce vieux fossile volant, et éliminez le mioche !!" Crie le sergent, pointant son doigt dans la direction de leur objectif.
 
Hurlant leur détermination, les soldats foncent vers Riku, ne se préoccupant guère du dinosaure volant les canardant à répétition de rochers diverses. Ces soldats finirent par lancer toutes les balles rouges et blanches qu’ils avaient à leurs ceintures, libérant par cette action les 50 Pokémons qu’ils avaient amenées : principalement des Démolosses et des Rapasdepic, mais on peut y apercevoir d’autres espèces plus insolites telles qu’un Ursaring ou même un Aligatueur. La poussière soulevés dans la course de tous ces soldats et animaux forme des colonnes de fumées impressionnantes, tel un troupeau de buffle chargeant à vive allure dans la plaine, ces colonnes de fumées étant aussi alimentées par une pluie intermittente d’un banc de rocher tel une volée de rapaces guettant leurs proies depuis les cieux avant de foncer dessus. Tout d’un coup, l’un des Ursarings, s’étant fort rapproché, ouvre grand sa bouche, faisant alors apparaître une petite boule de lumière grossissante.
 
"Tss, il prépare un Ultralaser. Fichons le camp !!" Hurle Riku, commençant à courir sur le côté, avant de s’arrêter et se retourner.
 
Aritsune, voyant ce champ de bataille, restait paralysé face aux colonnes de fumées, aux corps sans vies gisant au sol, aux traces de sang recouvrant la surface du sol, aux cliquetis et détonation des armes à feu,… Face à ce spectacle choquant, Aritsune restait les yeux écarquillés, les jambes qui flageolent, son regard fixant dans le vide, …
 
"Imbécile !!!" vocifère Riku, accourant vers Aritsune avec fureur, agrippant son bras avant de le lancer avec force au loin.
 
À ce moment, Aritsune se réveille, se rend alors compte de ce que Riku vient de faire, et tend son bras vers Riku qui le fixe du regard. L’Ursaring, d’un hurlement menaçant, lance alors son Ultralaser qui vient alors vers Riku, qui disparaît derrière le souffle brûlant et rougissant de l’explosion du laser. Soufflé encore plus loin par l’explosion, Aritsune se fracasse sur le sol, tombant alors sur son bras gauche, puis relève la tête, reflétant dans ses yeux le brasier dans lequel a disparu Riku.  Tentant de se relever, Aritsune s’arrête brusquement, freiné par la douleur qu’il subit et ressent dans son bras gauche. Rampant péniblement vers l’épicentre du brasier, Aritsune finit par s’arrêter, terrorisé par la troupe de soldats se tenant devant lui.
 
"Mais pourquoi… Pourquoi l’avoir tué… Qu’est-ce qu’il vous avait fait…" demanda Aritsune, sa voix tremblant de frayeur, le regard empli de colère dirigé vers les soldats.
 
"Quand notre chef donne un ordre, on obéit, c’est tout… De toute façon, ce gamin m’a saoulé avec son air impassible. Quand je ramasserais son cadavre, j’espère qu’il sera pas trop amoché, histoire que je me défoule et qu’on puisse ramener un truc présentable au QG !" explique un soldat, s’avançant lentement vers l’homme au sol, avant de braquer son arme sur la tête d’Aritsune. "D’ailleurs… ta tête non plus ne me revient. On nous a juste donné pour mission de tuer le gosse, mais je crois que je vais m’accorder un petit extra…" annonce-t-il, le sourire aux lèvres.
 
Les yeux écarquillés, Aritsune montre un visage terrifié, le fusil pointant juste sur sa tête. Voyant les doigts de son bourreau appuyer très lentement sur la détente, il ferme les yeux, souhaitant que tout ça ne soit qu’un cauchemar. Entendant non pas le bruit de la détonation sonner son glas mais des exclamations de surprise, Aritsune rouvre les yeux et voit alors l’homme, chargé de l’exécuter, le regard vide, s’effondrant au sol, un poignard planté à la tête.
 
"Alors, ça, c’est la meilleure… Ce cher Shinjirō ne vous a rien dit…"
 
Tout le monde, Aritsune et les soldats, se tournent alors vers l’origine du poignard, l’endroit d’où provenait cette voix, l’endroit où les flammes, virevoltant et gagnant en intensité, laissait paraître une ombre derrière elle. Les soldats, choqués de cette apparition, mirent un certain temps avant de réagir et de se placer autour de leur ennemi, leurs voix s’exclamant de sa survie, mais aussi de ses dires.
 
"C’est impossible !" "Comment il a pu survivre !?" "Il est pas humain, ce mec." "Il a bien dit Shinjirō ?" "Comment connaît-il le nom du patron !?" s’échangèrent les soldats, encerclant lentement le brasier et l’ombre à l’intérieur.
 
"Comment ?" répète Riku, restant tapi dans les flammes de l’enfer. "Eh bien, c’est simple : comme vous venez de le souligner…"
 
À ce moment, le corps de Riku, toujours aux prises avec les flammes, rougit anormalement, quasiment dans son entièrement. Les yeux ébahis par ce phénomène, Aritsune et les soldats restent immobiles, se demandant quel est cette hallucination. Comme se prosternant face à la supériorité de leur proie, les flammes s’écartèrent de Riku, laissant aux spectateurs l’occasion de découvrir la raison de cette illumination. Son corps semble s’être recouvert d’une nouvelle peau, rouge rubis, parcourue de toute part par des trais noirs continus. Seule sa tête semble avoir échappé à cette métamorphose, dont le front est orné d’un diadème aux motifs identiques au reste du corps.
 
"Je ne suis pas humain…" annonce Riku, affichant un regard déterminé face aux assaillants. "… Enfin, pas à 100% en tout cas."
 
Les yeux écarquillés face à cet être semblant venir d’un autre monde, Aritsune et les soldats restèrent bouche bée à la suite de cette affirmation, les soldats tenant leurs armes en joue.
 
"… Il n’est pas humain" pense Aritsune, fixant Riku du regard "… Est-ce que ça veut dire que… c’est un Pokémon ? Non, impossible… je n’ai jamais entendu parler d’un Pokémon ayant une apparence humaine… Mais alors, qu’est-ce qu’il est ?"
 
"Qu’est-ce que vous attendez ? Tirez !!" Hurle l’un des hommes, tournant sa tête en direction de ses acolytes avant de faire un geste avec son bras, donnant le signal à ses subordonnés.
 
Réveillés par l’appel de leurs supérieurs, les soldats braquèrent leurs fusils vers ce nouvel opposant, mais furent propulsés dans tous les sens avant de pouvoir tirer, par la chute de pierres projetés par le Ptéra. Les hommes en uniforme essayèrent de retrouver leurs esprits, se mettant en position vers l’endroit où se situe leur cible humanoïde. Mais lorsque la poussière finit par se soulever, le mystérieux jeune homme semblait avoir disparue.
 
"Hein ? Où est-il ?" demande l’un des soldats au milieu de l’escadron.
 
Soudain, une lame surgit du sol et vient transpercer le soldat venant de poser cette question. Le sang coulant le long de la lame se mit à faire rougir le sol poussiéreux. Totalement pris de panique, plusieurs hommes se mirent à tirer vers cette lame, sans penser qu’ils allaient tirer en vérité sur leurs alliés. D’autres, en effroi, braquèrent leurs fusils vers le sol et vidèrent sans attendre et jusqu’à la dernière balle leur chargeur. Au fur et à mesure, les hommes présent à cet endroit précis se firent éliminer les uns après les autres, certains par des tirs alliés, d’autres empalés par une lame étrange, teinté du rouge sang de ses victimes, sortant à chaque fois du sol sans crier gare. Face à cette boucherie, Aritsune fit un rejet et se mit à vomir, incapable de supporter de voir autant de sang couler en si peu de temps. Quelques mètres plus loin, le sol commença à se soulever progressivement, laissant apparaître un trou béant, duquel surgit Riku, armé d’une lame entachée de sang. Aritsune comprit alors que c’était lui qui avait tué tous ces soldats, se terrant sous leurs pieds pour les éliminer, mais se demanda comment il a pu y arriver.
 
"À présent, il ne me reste plus que… eux !" affirme Riku, se relevant lentement avant de fixer du regard les Pokémons auquel ses soldats avaient fait appel, ainsi que les 10 survivants se tenant devant de l’hélicoptère.
 
Alors que la plupart des survivants étaient pétrifiés de terreur face au massacre qui a eu lieu devant eux, l’un de ces soldats s’était dirigé vers l’hélicoptère, farfouillait à l’intérieur pendant un moment, avant d’en sortir à pas vif, un bazooka entre les mains, et de poser un genou à terre.
 
"J’ai bien fait d’emporter quelques munitions de type Incendiaire-III" murmura le soldat, braquant son bazooka, cherchant à viser la cible de leur opération, avant de s’exclamer, le doigt sur la détente : "Prends ça dans ta gueule et crève !!!"
Le bazooka, visant clairement Riku, cracha avec force un missile, fonçant à vive allure vers sa cible, ne se préoccupant guère des alliés Pokémon aux alentours. Face à l’approche de cette arme hautement explosive, Riku fit un bond rapide, s’arrêta net dans son élan, s’accroupit à l’atterrissage, avant de frapper le sol de la paume de sa main, faisant alors soulever un mur de terre épais. En pleine expansion, le mur se fit alors frapper de plein fouet par le missile qui, à l’impact, créa une explosion impressionnante, brûlant au passage ses alliés, gigotant dans tous les sens pour éteindre les flammes qui les rongent, avant de finalement s’effondrer au sol. Les membres de la Team Rocket n’avaient, à ce moment-là, qu’un grand sourire de satisfaction, persuadés que cette fois, leur cible avait explosé en mille morceaux. Les flammes rougeoyantes perdant peu à peu en intensité, le mur de terre, fortement endommagé, s’écroula peu de temps après que ces soldats ne le remarquent, soulevant les émanations de cendres qui pouvaient encore empêcher ces hommes d’apercevoir Riku en un seul morceau. Celui-ci tourna la tête autour de lui, affichant un air dégoûté en voyant les corps calcinés de ses ennemis, avant de finalement fixer du regard les soldats, totalement immobiles, leurs visages déformés par la peur.
 
"Comment peut-on faire preuve d’aussi peu de considération envers ses camarades ?" interroge Riku, d’un ton décevant.
 
Les Pokémons survivants, aux alentours de 10, se jetèrent tous sur leur assaillant, d’une fougue telle qu’ils donnent l’impression de vouloir venger leurs camarades disparus. L’un des Démolosses, se jetant, crocs bien visibles, vers Riku à toute hâte, se prit un coup de pied en plein sur son visage, avant d’être projeté 20 mètres plus loin, s’encastrant dans un rocher pile sur sa trajectoire. Profitant du fait que Riku ne se tient plus que sur une jambe, l’un des 2 Ursaring restants se jeta sur son adversaire, pour l’écraser sous son poids, mais s’empala sur le sabre que pointa Riku dans sa direction. Le sang dégoulinant le long de son sabre coule jusqu’à sa main, colorant les endroits restés identiques après la transformation, se mit à gicler ici et là entre les deux opposants, tâchant de rouge la joue gauche du jeune garçon. Les 3 Rapasdepics encore debout cherchèrent à piquer du nez sur le guerrier rouge-sang, mais furent tous battus, écrasés sous des rochers que manipulait le Ptéra ami de notre jeune héros. Retirant son sabre de la chair de l’Ursaring, Riku fit volte-face, se tourna vers les quelques survivants, inspira un grand coup, avant de cracher des flammes rougeoyantes, incinérant les derniers adversaires non-humains. Comme pour signaler la fin des combats, le vent se mit à souffler sur la plaine, les corps sans vie des êtres vivants morts au combat, gisant au sol. Le souffle fut soutenu par le tournoiement infernal des hélices de l’hélicoptère, s’élevant peu à peu du sol, prenant rapidement de l’altitude et de la vitesse. Tournant la tête vers les fuyards, on pouvait lire à ce moment sur le visage du jeune garçon de la colère…
 
"Vous faites appel à vos camarades… vous les sacrifiez sans hésiter… et maintenant, vous fuyez comme des lâches… N’espérez pas vous en tirer aussi facilement…" grommelle Riku, fusillant du regard l’hélicoptère noir, prenant de l’altitude pour surplomber la montagne.
 
La couronne aux étranges motifs sur son visage se met alors à briller anormalement, les couleurs rouges rubis et noirs blanchissant à vue d’œil. Le visage encore déformé par les évènements, Aritsune regarde Riku, regardant en direction de l’hélicoptère, sa couronne brillant de plus en plus, jusqu’à l’éblouir fortement…
 
"La lumière qui pourfend le ciel… Lance-soleil !!" Hurle le mystérieux garçon,
 
Se dégage alors de ce diadème unique un rayon d’énergie d’une puissance inouïe, éblouissant jusqu’au ciel, fonçant à vive allure, jusqu’à transpercer de part en part l’hélicoptère fuyard qui, à l’impact, se désagrège avant d’exploser. Le nuage de fumée et les flammes qui cachent à la vue de la ville, des plaines, des forêts et des collines le véhicule volant, ne put empêcher sa carcasse de descendre de plus en plus vite, pour finalement s’écraser sur un flanc de la montagne avoisinante, recouvert d’une ribambelle de chênes, sapins et autres grands arbres aux feuilles majestueuses. Une colonne de fumée noire s’élève alors de la montagne, tel un signal apache voulant avertir d’un incendie grandissant, privant du soleil ce champ de bataille, où les corps et les cratères se comptent par dizaines, et où seuls trois survivants semblent s’y tenir. Aritsune, à la vue de ce spectacle unique et inimaginable, sentit ses dernières forces l’abandonner, ses paupières n’arrivant même plus à rester ouverte sans forcer, et finit par s’écrouler…
 
"Riku… Qui… es-tu…" murmura-t-il, toujours couché, le haut de son corps venant s’étaler au sol, juste avant de perdre connaissance et de sombrer dans la pénombre de la nuit…
Revenir en haut Aller en bas
http://www.volcanods.e-monsite.com
 
L'avènement de Riku Sayanaki : Chapitre 3 : Je ne suis pas humain !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Scan-en-èfe-aire :: Fan Art :: Fan Fiction :: L'avènement de Riku Sayanaki (Volcanods)-
Sauter vers: